• Municipales : Vanneste / Godfrain

    Les infos suivantes sont extraites du site du magazine gay Têtu.

    «Mais où va la France» sans Christian Vanneste ?

    «Avec la défaite de Christian Vanneste (photo), c'est encore la France qui va un peu plus à la dérive», ironise Act Up-Paris dans un communiqué, quelques jours après la défaite du candidat UMP à la mairie de Tourcoing condamné pour homophobie (lire Quotidien du 10 mars).

    L'association de lutte contre le sida poursuit: «Cette France des hommes hétérosexuels blancs, qui paient trop d'impôts et qui n'ont pas peur de regarder dans les yeux, sans sourciller, le tirailleur sénégalais des pots de Banania pour lui dire: «Ne te plains pas, nous t'avons beaucoup apporté.» Cette France qui refuse qu'on appelle homophobie la lutte contre le communautarisme, ou racisme la lutte pour l'intégrité de l'identité nationale. Cette France qui ne reproche rien aux pédés, aux gouines et aux travelos, tant que ces êtres inférieurs se font violenter ou meurent en silence.

    «Cette France est menacée de toute part: à Puteaux, un gay met en ballottage la candidate de droite. À Bègles, Noël Mamère, l'odieux complice d'un mariage contre-nature, est réélu. À Barsac, Philippe Meynard est lui aussi adoubé par la populace.


    «Et ce même week-end, l'Espagne ajoute au désespoir ambiant, donnant la victoire aux alliés des communautaristes invertis et honnis de Dieu, malgré les admonestations de la Sainte Église Catholique. Comment militer pour l'Europe dans ces conditions?

    «Act Up-Paris a une pensée, une seule, pour ces nouveaux exclus. Et puis, nous passons à autre chose.»




    Le Collectif Contre l'Homophobie de Montpellier appelle à un vote-sanction à Millau

    Le Collectif contre l'homophobie (CCH) de Montpellier appelle à un vote de sanction contre Jacques Godfrain (photo), un maire «hostile» au droit des homosexuels, au second tour des élections municipales, dimanche 16 mars.

    Le 14 janvier 2006, à l'occasion de la présentation de ses vœux à la population, député-maire UMP de Millau (Aveyron), s'était lancé dans une diatribe contre l'ouverture du mariage aux couples de même sexe: «Le deuxième lieu d'équilibre de notre société –après la commune–, c'est la famille. Les dérives auxquelles elle est confrontée jusque dans l'institution du mariage ou de la vie en communauté homme-femme sont de nature à rompre cette solidarité. Millau ne deviendra pas Bègles et le syndrome du strass et des paillettes ne sera pas le symbole des temps modernes.» À la même époque, Jacques Godfrain avait signé la pétition des parlementaires hostiles à l'homoparentalité.

    «L'hostilité renouvelée de Jacques Godfrain à l'égard de l'égalité des droits revendiquée par les personnes homosexuelles», conduit le CCH à «appeler à un vote sanction contre lui». Hussein Bourgi, président du CCH, appelle les électeurs de Millau à «ne plus cautionner cette stigmatisation réitérée de l'homosexualité et des personnes homosexuelles».

    Au premier tour des municipales, le 9 mars, Jacques Godfrain était arrivé second, avec 33,5% des voix, derrière la liste PS de Guy Durand (42%). (Pour l'heure, la gauche semble en bonne voie pour gagner ce second tour, NGS)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :