• ça fait l'actu : Rigueur et plan

    Les commentaires de la presse, samedi 5 avril, sur les annonces d'économies faites vendredi par Nicolas Sarkozy.  Regroupé ici par le Nouvel Obs.

    LIBERATION
    Laurent Joffrin

    "(...)Pour autant, le plan annoncé par Nicolas Sarkozy souffre d'au moins deux défauts. Une grande sécheresse technocratique en premier lieu. La réforme de l'Etat suppose une redéfinition de ses missions qui débouche, ensuite, sur l'organisation des moyens; elle exige tout autant concertation, négociation et popularisation du changement auprès des agents et des usagers. Faute de quoi les mesures tombent d'en haut, d'autant plus incomprises qu'elles obéissent à une logique des comptes et non du service public. Ainsi l'éducation subira une grande partie des coupes sombres alors qu'elle est priorité nationale. Le plan Sarkozy, aussi bien, s'avance masqué. Pris à contre-pied par la conjoncture, le gouvernement sait qu'il devra aller plus loin dans les économies, sauf à jeter par dessus les moulins ses engagements européens. Sarkozy, qui se voyait président du pouvoir d'achat, ne se résoud pas à être celui du tour de vis. Il faudra bien pourtant, un jour ou l'autre, manger le morceau."

    LE FIGARO
    Étienne Mougeotte


    "(...)Qu'importe le flacon : rigueur, austérité ou diète, pourvu qu'on ait le résultat : l'arrêt des gaspillages. C'est un bon début, mais ce n'est qu'un début car 5 milliards d'euros d'économies nettes représentent tout juste 10 % de notre déficit budgétaire annuel de 52 milliards. On peut faire plus, on doit faire plus. Donnons acte au président de la République du bon choix de la méthode : une petite équipe, réunie autour du secrétaire général de l'Élysée et du directeur de cabinet du premier ministre, a, en quelques mois, passé au peigne fin, secteur par secteur, la totalité des dépenses de l'État et ainsi ouvert les pistes à la réforme en profondeur des modes d'intervention et de financement public. La volonté ardente de Nicolas Sarkozy de réformer la France en mettant fin à l'obésité paralysante d'un État tentaculaire n'est pas discutable. Mais il faut maintenant que l'intendance suive.(...)"

    L'HUMANITE
    Pierre Laurent


    "(...)on imagine ce qui peut découler d'une application généralisée et intangible du principe de non-remplacement d'un départ en retraite sur deux dans la fonction publique. Nicolas Sarkozy veut en faire une règle intouchable. Lancé à plein régime, c'est un missile qui pourrait déstabiliser l'éducation nationale, la santé hospitalière, la justice, les services de l'État dans leur ensemble, et pour tout dire l'action publique en général. C'est d' ailleurs bien celle-ci, et non quelques dépenses excessives, qui est visée. L'action publique au sens large, d'ailleurs, et dans toutes ses dimensions, y compris internationales. Dans une verve aussi démagogique que populiste, le chef de l'État s'est par exemple laissé aller à ridiculiser les effectifs diplomatiques de la France au Sénégal, laissant entendre qu'il fallait sérieusement les dégraisser. (...)"

    L'ALSACE
    Jérôme Arnoux


    "(...) Depuis hier, Sarkozy la cigale a donc fait sa mue pour tenter d'entrer dans le costume de Sarkozy la fourmi. La cigale était surtout vouée à la communication tapageuse et au 'bling-bling', la fourmi se veut austère, sérieuse, consciente que la situation est grave et soucieuse de mener les réformes nécessaires. On regrettera au passage que la cigale ait réussi à danser pendant tout l'hiver, alors qu'une cure de minceur s'imposait depuis très longtemps. Ancien ministre des Finances, Nicolas Sarkozy ne pouvait pas l'ignorer. Mais il ne voulait pas envoyer un tel signal négatif car il avait, paraît-il, des élections à faire gagner... avec le succès que l'on sait ! La fourmi Sarkozy, donc, a entrepris hier de reconstituer des réserves bien entamées par son passé de cigale - et notamment par le trou annuel de 15 milliards qu'a creusé le 'paquet fiscal', sans produire le choc de croissance espéré. L'objectif affiché est d'économiser 7 milliards d'euros à l'horizon 2011. (...)"

    LA REPUBLIQUE DES PYRENEES
    Jean-Marcel Bouguereau


    "(...) Il s'agit d'un plan de 'réforme' et non de 'rigueur', a affirmé le président de la République : 'Je le dis et je le répète, ce ne sont pas les économies qui feront la réforme, c'est la réforme qui permettra les économies'. Le vrai problème c'est que le gouvernement a fait une erreur de pilotage. Car il est un peu tard pour se réveiller : en 2007, au lieu d'essayer d'assainir les comptes alors que la conjoncture s'y prêtait beaucoup plus qu'aujourd'hui, le gouvernement a décidé de dépenser près de 14 milliards dans le paquet fiscal, dont les effets sont tout à fait incertains, le choc tant annoncé n'ayant pas eu lieu. Alors que les économies annoncées hier par Nicolas Sarkozy se montent à 7 milliards d'euros, rappelons que le paquet fiscal représente une dépense de...75 milliards d'euros sur cinq ans."

    L'EST REPUBLICAIN
    Chantal Didier


    "'Austérité', pour les syndicats; 'Insuffisant', pour les économistes. Les 166 mesures, annoncées hier par Nicolas Sarkozy, pour réformer l'Etat suscitent des commentaires opposés. Des jeux de rôle qui témoignent de la difficulté du politique à faire bouger les lignes, chacun jugeant le verre à moitié plein ou à moitié vide en fonction des intérêts à défendre. Même quand il y a urgence à agir. Tout a été dit sur la nécessité de réduire les déficits publics, pas seulement pour satisfaire aux impératifs européens, mais parce que la dette du pays (plus de 1000 milliards d'euros !) devra être payée par les générations suivantes. A défaut d'augmenter des impôts déjà trop lourds, il reste à dépenser moins. Mais le politique reste frileux par crainte des oppositions au changement. Un premier pas vient d'être franchi; d'autres devront suivre."

    LA NOUVELLE REPUBLIQUE DU CENTRE OUEST
    Hervé Cannet


    "Alors puisqu'il faut jouer sur les mots, commençons par cette formule magique : 'Ce ne sont pas les économies qui permettront de faire les réformes, ce sont les réformes qui permettront de faire des économies !' Du coup, le nouveau slogan élyséen, c'est : 'La réforme, oui, la rigueur, non !' Le Conseil de modernisation des politiques publiques (titre ronflant destiné à faire comprendre que c'est désormais l'Élysée qui a la haute main sur le dossier et non plus Bercy) a donc accouché de 166 mesures. Celles des coupes claires dans la fonction publique et du plafonnement des loyers sociaux cachent un inventaire dont le détail tient plus de la correction de tir que d'un profond changement de cap. Ce qui n'empêche pas les partenaires sociaux et la gauche de crier au plan de rigueur. Politiquement, la bataille des mots (re)commence. Économiquement, celle de l'austérité est à gagner. Dans les deux cas, ce ne sera pas facile."

    LES DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE
    Olivier Picard


    "(...) Ainsi, le président de la République a-t-il promis hier qu'il n'y aurait pas de rigueur. Qui aurait imaginé que ce substantif féminin devienne un jour tabou ? C'est qu'il est trop porteur d'ondes indésirables quand le moral du pays nécessite la mobilisation de tous les courages. S'il faudra faire cinq milliards d'économies net, c'est donc une énergie positive qui y parviendra, pas la hache d'un pouvoir castrateur d'espoirs. Pourquoi pas ? L'effort est donc gommé. La réforme fera le travail ! La voilà redéfinie au passage. On croyait qu'elle véhiculait le progrès, elle servira d'abord à apurer le passé. Avouons-le, le raisonnement est -comment dire ?- audacieux. (...)"

    LA CHARENTE LIBRE
    Dominique Garraud

    "(...)Nicolas Sarkozy a ouvert la porte à une rigueur à pas comptés dans laquelle il souhaite apparaître personnellement le moins possible en dehors de la réforme structurelle de l'Etat dont chacun mesure la nécessité. A lui la vision à moyen terme, au gouvernement l'intendance au quotidien. Il revient maintenant à François Fillon et à Christine Lagarde de présenter la note exacte d'une rigueur qui ne veut pas dire son nom mais qui sera bien réelle dès cette année avec la perspective du gel de 7 milliards de crédits."

    SUD OUEST
    Frank De Bondt


    "Le volontarisme politique, surtout lorsqu'il n'est pas mis au service d'une idéologie, est une posture séduisante, fort commode en campagne électorale, mais malheureusement soumise au bon vouloir de la réalité économique. Le jour où le chef de l'Etat a admis que les caisses étaient vides -après avoir participé du reste à leur écumage par la distribution de cadeaux fiscaux superflus-, il se condamnait à devoir assumer une forme quelconque de " rigueur ". Peu importe le mot d'ailleurs et s'il est conseillé de parler plutôt d'économies ou de cure d'amaigrissement, disons que les mesures annoncées ne seront pas sans effets sur le quotidien des Français (...)."

    LE JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE
    Patrice Chabanet


    "(...) les 7 milliards d'euros d'économie dans les dépenses de l'Etat suffiront-ils à inverser la courbe maudite de nos déficits? Non, si l'on rapporte ce chiffre à l'enveloppe globale des dépenses publiques chiffrées à 1 000 milliards d'euros. Nicolas Sarkozy, en fait, ne s'est pas livré à une simple opération comptable. Son objectif est surtout psychologique : amener les Français à ne plus croire à la chimère de l'Etat-Providence. D'où cette batterie de 166 mesures, comme pour montrer que, dans chaque ministère ou dans chaque ambassade, on peut sûrement racler des fonds de tiroir. En clair, se convaincre qu'il n'y a pas de petites économies. L'exemple nous vient du Canada, où l'Etat fédéral a décidé, il y a quelques années, de passer en revue chaque dépense pour juger de sa pertinence ou de son efficacité. La mutualisation de certains services administratifs annoncée hier s'inscrit dans cette logique. La potion amère a été préférée à la purge."

    NORD ECLAIR
    Jules Clauwaert

    "Bien terne fin de semaine, si le chroniqueur était contraint de ratiociner sur les subtilités sémantiques autour des notions de réforme, à laquelle quatre Français sur cinq seraient favorables, et la rigueur, vertu morale devenue synonyme de vaches maigres et de nouvelles impositions. Monsieur de la Palice aurait préconisé quelques gestes symboliques d'une plus juste répartition des richesses, quand les écarts de revenus étalés sans vergogne par les bénéficiaires dépassent les simples limites du savoir-vivre ensemble. Aux politiques de mettre en musique une économie sociale de marché qui récompense le mérite, mais ne laisse personne sur le carreau.(...)"

    LE REPUBLICAIN LORRAIN
    Pierre Fréhel


    "(...)Certes, l'attribution de logements sociaux donne trop souvent lieu à des abus, mais en durcissant les règles d'entrée, le gouvernement semble vouloir avant tout couper dans des programmes qui n'intéressent pas particulièrement son électorat. Au risque d'aggraver les inégalités et les tensions sociales qui minent la société française. Si les réformes destinées à réduire la dépense publique produisent la croissance et le plein-emploi espérés, le pari sera gagné. Mais cela suppose que les Français patientent encore un peu avant de voir s'améliorer un pouvoir d'achat rongé par l'inflation. Cette perspective pourrait leur sembler trop aléatoire pour qu'ils retrouvent un moral actuellement au plus bas. Le temps de la réforme est peut-être venu, mais tout aurait été incontestablement plus simple si le climat économique avait été meilleur".

    LA VOIX DU NORD
    Hervé Favre


    "(...)Fusionner les directions des impôts et celles du trésor public est une réforme de bons sens - la première tentative avait tout de même coûté son portefeuille à un ministre de Lionel Jospin - tout comme la mutualisation' des services d'intendance de nos trois armées. Personne, à part bien sûr les intéressés, ne protestera non plus contre la remise en cause des retraites dorées des fonctionnaires sous les tropiques. La réorientation des avantages fiscaux pour les investisseurs locatifs vers les zones qui en ont vraiment besoin aurait déjà dû être décidée par les gouvernements précédents ; de même, le resserrement des conditions d'accès au logement social ne choquera que ceux qui en bénéficient indûment, et qui ne sont pas tous aussi exposés médiatiquement que l'ex-directeur du cabinet du ministère du Logement ! Mais au final, tout cela paraît encore un peu court pour un programme de 'rupture'. Les décisions les plus douloureuses, notamment du côté de la défense et de ses programmes budgétivores, sont encore à venir."

    L'UNION
    Hervé Chabaud

    "(...)Cette fois, au pied du mur et avec l'exigence de donner des gages de rigueur de gestion aux autorités européennes, le gouvernement n'a pas d'autres choix que la fermeté. De fait, au sein de l'Union, la France se distingue par une administration lourde dont l'efficacité supérieure à celle de ses voisines est loin d'être démontrée. Notre pays est considéré comme la cigale de la fable de La Fontaine. Il dépense sans compter jusqu'à se mettre en grave danger.
    Pour relever le défi, le gouvernement doit serrer les cordons de la bourse, être très économe ou choisir l'option scandinave d'une fiscalité accablante. Il est évident que, sans réforme, ce sont tous les impôts qui augmenteront. Et bien plus que l'inflation ! Les Français déjà déprimés peuvent-ils mieux se projeter dans l'avenir avec un catalogue épais de 166 mesures ? Le gris de l'austérité domine le bleu de leur pragmatisme."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :