• Au pays de Sarko... et de Didine Morano

    Face aux caméras, Morano interroge un quidam... élu UMP

    Par Frédéric Miara (Journaliste reporter d'images) pour rue89.com
    22/08/2008 | 21H42

    Mercredi, la secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano est en visite à Marseille. Plus exactement, elle se promène entre les rayons de fournitures scolaires d'un hypermarché Carrefour, dans les quartiers nord de Marseille. Un déplacement ministériel pour le lancement médiatique de la nouvelle allocation de rentrée scolaire (ARS), dont le montant varie désormais en fonction de la classe d'âge de l'élève

    Une opération de com' plutôt réussie, puisque les reporters se bousculent autour d'elle. L'occasion rêvée d'effacer le début de polémique entre associations familiales sur le coût de la rentrée.

    Journaliste pigiste, je fais des images d'une ministre très à l'aise, qui commence à serrer les mains et à interpeller les mères et pères de famille pour leur expliquer « l'effort historique du gouvernement ». (Voir la vidéo.)



     

    La première femme qu'elle salue lui explique que l'ARS nouvelle version est totalement insuffisante, et qu'elle ne s'en sort pas. Après un échange devant les caméras, Nadine Morano poursuit sa visite, nettement plus tendue.

    Un client idéal se présente, séduit par la politique du gouvernement

    Le directeur ajoint de cabinet Frédéric Amar (veste grise et cravate grise sur les images) lui présente un nouveau père de famille (chemise bleue, bras croisés et lunettes sur les images), qui n'est pas de l'avis de la première dame, bien au contraire.

    Ce dernier considère en effet que les prix des fournitures scolaires sont plutôt en baisse, que le coût de la rentrée est correct, que les enseignants ont fait des efforts sur les listes de fourniture... Bref, les accords passés entre Xavier Darcos et les enseignes de la grande distribution ont eu un impact direct et positif sur le porte-monnaie des parents d'élève.

    Réponse de Morano, tout aussi naturelle : « Tant mieux, ça va dans le bon sens. Je suis contente pour vous. » Puis le père : « Pourvu que ça dure ». Sourire caméra. Séduit par ce « bon client », Frédéric Amar sympathise avec ce parfait inconnu : sur le dernier plan, on les voit en train de marcher côte à côte.

    L'affaire aurait pu en rester là, si certains journalistes n'avaient poussé plus loin le souci du recoupement. Et l'homme n'est pas un quidam qui passait là par hasard. Il s'agit de Bruno Sangline, proche du député UMP de Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône) Richard Mallié et premier adjoint UMP du maire de Bouc-Bel-Air, Jean-Claude Perrin, en charge de la petite enfance et des affaires scolaires.

    Moralité : pour une bonne opération de com', prévoir un témoin idéal dans le casting.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :